RD CONGO : Kinshasa FM

RD Congo, medias, Kinshasa, Kinshasa FM, webdoc, journalisme
AFRIQUE –
À Kinshasa, capitale africaine des nuits endiablées, exercer son métier de journaliste est un défi quotidien. La capitale de la République démocratique du Congo, l’un des pays les plus pauvres au monde, est une ville fascinante, mais parfois dangereuse et surtout en proie à une augmentation vertigineuse de la corruption.

Pour autant, les journalistes passionnés n’ont pas renoncé à rendre compte de l’actualité. Kinshasa FM vous propose de suivre le quotidien de Cyrille, reporter radio et Mike, journaliste d’investigation, dans l’exercice de leur métier.

Ce webdoc s’articule autour d’un principe de navigation très simple. Une vidéo principale d’environ 15 minutes, agrémentée de pastilles qui s’activent au fil de la lecture. L’internaute peut ainsi mettre en pause la vidéo principale pour s’informer sur quatre thématiques distinctes : le journalisme sous Mobutu, le paysage de la presse au Congo, visite de l’imprimerie du premier quotidien de Kinshasa, et s’exprimer et écrire… en chanson.

Si la vidéo constitue la matière première de cette œuvre, les plus curieux peuvent aussi accéder sur quelques suppléments : une carte du pays, un historique, une bibliographie ainsi qu’une liste de comptes Twitter sur le sujet à suivre « les yeux fermés ».

Au total, Kinshasa FM propose un corpus d’une petite demi-heure d’images, tournées au Canon 5D. La qualité de ces documents est excellente et la réalisation globale du webdoc est tout aussi soignée.  L’interface, réalisée à l’aide du logiciel Djehouti, est intuitive et réactive. On notera notamment l’excellente initiative de proposer une version « euro », en HD, et une version « afro », en basse définition pour les connexion les plus lentes.

En bref, Kinshasa FM n’a rien d’une superproduction, mais c’est un webdoc pertinent et passionnant qui bénéficie d’une réalisation de qualité. Du tout bon, en somme.

Cliquez ici pour visionner Kinshasa FM, un webdoc de Stéphane Siohan et Matthieu Sartre